entretiens

5 questions à Frank Braun, programmateur pour la société Neugass Kino AG

Date

28 avril 2020

Share
Corona_Frank_Braun_2.jpg

Frank Braun est membre de la direction et responsable du programme de la société Neugass Kino AG depuis 1998. Les cinémas d'art & essai Riffraff et Houdini à Zurich ainsi que le Bourbaki à Lucerne font partie de la société Neugass Kino AG. Après 10 semaines de fermeture, ces salles ont rouvert leurs portes samedi dernier: dans l'interview, Frank Braun évoque cette réouverture et les défis posés par le confinement et, aujourd'hui, par le déconfinement.

Back to cinema ! Avec l'interview de Frank Braun, nous concluons notre série d'entretiens sur les effets de la crise Covid-19 pour la culture cinématographique suisse. Du mois d'avril jusqu'à la réouverture des salles début juin, 16 personnalités de différentes professions de l’industrie cinématographique suisse nous ont confié leurs sentiments, peurs et espoirs. 

Comment la crise du Corona-19 affecte-t-elle ton activité ?

Début mars au plus tard, lorsque la sortie du nouveau James Bond a été reportée d’avril à novembre, l’avis de tempête se répand dans la branche des exploitants de salles et des distributeurs de films. Malgré la situation de crise qui empire, la fréquentation reste relativement élevée. On dirait que les gens se moquent des orages qui grondent. Je me souviens comment, à mi-mars, avant le début du film dans une salle bien remplie, un accès de toux réprimé et, aussitôt imité, s’est propagé et transformé en un amusement collectif. Elle est là la complicité si souvent invoquée du public !

L’arrêt d’urgence du 16 mars survient brutalement. Pas d’airbag ; pas même le temps de la sidération. D’un coup d’un seul, nos 13 salles de cinéma et nos 3 salles de restaurant sont à l’arrêt. Il est indiqué d’agir sans retard pour limiter les dégâts. Le chômage partiel s’applique immédiatement. Pourtant le confinement entraîne avec lui une infinie cascade de problèmes : tenir au courant l’opinion publique, les partenaires et le public, rembourser les billets déjà vendus, annuler les locations et les événements spéciaux, demander un crédit transitoire, marchander une indemnité pour pertes de gain, tirer au clair l’exonération du loyer, liquider les stocks disponibles, stopper les travaux de rénovation prévus… Dans le même temps, nous intensifions notre offre « sur demande » et étudions de possibles actions comme un cinéma ambulant d’arrière-cour ou l’installation de producteurs de fruits et légumes dans les foyers des salles de cinéma.

L’acquisition de films, ma tâche première, se mue en course à contresens. Au lieu de fixer régulièrement la sortie de films dans la planification des programmes, tout se passe en sens inverse. Les échéances s’évaporent les unes après les autres. Les distributeurs retirent leurs films les uns après les autres ; dans le calendrier des festivals, un festival après l’autre réduit la voilure. Et tout à coup cela saute aux yeux : ce n’est pas une tempête. Il n’y a pas le moindre souffle de vent. On est au point mort !

Comment gères-tu ou surmontes-tu les défis que nous impose cette crise ?

Actuellement ce qui nous tient en haleine c’est la reprise de l’exploitation. Comme d’autres, nous sommes intervenus dans la branche en faveur d’une réouverture bien coordonnée, avec une assez longue phase préparatoire. Pourtant, à peine le Conseil fédéral a-t-il permis aux cinémas de rouvrir leurs portes le 6 juin déjà que le seul mot d’ordre qu’on entend dans la branche c’est « go, go, go ! » et le consensus initial est balayé. 

Nous n’avons plus le choix. Pour des raisons contraignantes, nous ne pouvons pas reculer et nous nous agenouillons aussi en pleins préparatifs d’une réouverture précipitée. En très peu de temps – et aujourd’hui encore –, d’innombrables questions de détail et des situations épineuses doivent être réglées. Quels nouveaux films sont disponibles pour une sortie en salles ? Quelles reprises passeront encore une fois dans le programme ? Comment allons-nous reconquérir le public? Et, surtout, comment les nécessaires plans de protection pourront-ils être mis en œuvre de manière efficace ? Des actions qui ont parfaitement fonctionné depuis des années sont tout à coup impraticables. Pour mettre en œuvre le seul respect de la distance physique requise entre deux personnes, il est nécessaire d’appliquer des mesures qui font grimper les dépenses de personnel et tirent en longueur l’étalement des séances dans le temps.

Qu’est-ce qui est important aujourd’hui pour toi ?

Il est clair que nous nous réjouissons de la possibilité qui nous est donnée de refaire du cinéma. En même temps, la réouverture dans de telles conditions est extrêmement préoccupante du point de vue économique. La capacité des salles est fortement restreinte, le réapprovisionnement en films avec des titres accrocheurs n’est pas assuré et les prochains mois d’été sont, on le sait, du poison pour le tiroir-caisse des salles. Il n’est pas nécessaire d’être pessimiste pour le prévoir : pour tous les cinémas, le fossé entre les dépenses et les recettes se creuse à un niveau jamais encore atteint. 

Et même si le public, au lieu d'aller à la piscine ou à la montagne, se précipitait en masse dans les cinémas, ceux-ci plongeront dans les chiffres rouges (mais s’il vous plaît venez quand même tous!). Les cinémas peuvent-ils tenir le coup ? Cela dépendra entre autres de la durée de la situation de crise et de la rapidité avec laquelle les restrictions dues à la pandémie seront assouplies et entièrement levées. 

Est-ce que tu vois aussi des opportunités dans la crise actuelle ?

« Back to Cinema », le slogan officiel de la branche, suggère que tout redeviendra comme avant « back to normal ». Quelle illusion ! La branche de l’exploitation de salles et de la distribution de films ne peut pas continuer comme elle l’a fait jusqu’ici. Elle doit se serrer les coudes. Les positions respectives des exploitants et des distributeurs se sont durcies. Au lieu de voir un partenaire dans son vis-à-vis, on voit en lui un profiteur, voire un ennemi. En réalité, qu’on le veuille ou non, nous sommes une communauté marquée par le destin (observation que, du reste, on peut, en guise de consolation, étendre à toute la branche du cinéma). 

Au chapitre de la diffusion des films, la branche de l’exploitation de salles et de la distribution de films ne démord pas de sa pole-position traditionnelle et ignore qu’elle est sur le point d’être distancée par l’évolution générale. Si elle entend avoir un avenir et réussir à s’en sortir, elle doit changer. Les actions à courte vue et la préservation de ses intérêts personnels immédiats doivent être remplacées par une stratégie commune, portée par toutes les personnes impliquées. C’était déjà l’évidence avant même le coronavirus. C’est à présent et définitivement une question de survie.

Qu’est-ce que la réouverture des cinémas après deux mois de confinement signifie pour toi ?

Il y aura de nouveau de la vie dans la baraque 😉 ! Et, à côté de l’offre  en ligne, nous pouvons proposer enfin de nouveau l’ivresse du cinéma à l'état pur. Personnellement je me prépare à des temps difficiles. Nul ne sait tout ce que ces 10 semaines de « coma » ont endommagé ni ce qu’elles provoqueront encore. Elles auront de lourdes conséquences, c’est sûr.

A quel film (suisse) la situation actuelle te fait-elle penser ?

Le confinement me fait penser à l’effrayante catastrophe métaphorique dans « Heimatland ». Et les premières mesures d’assouplissement à « Love Me Tender » le film de la réalisatrice tessinoise Klaudia Reynicke qui vient de sortir sur les écrans. Je suis le premier à espérer qu’il nous arrivera ce qui arrive au personnage principal du film. Elle surmonte sa peur bleue et se risque à l’extérieur. Contrainte et forcée, elle prend le risque, pose le pied dehors et ose.

 

Les films suisses, actuellement (et à nouveau !) au cinéma :

 

Liens:

  • Neugass Kino AG
  • Trailer «Heimatland» de Michael Krummenacher, Jan Gassmann, Lisa Blatter, Gregor Frei, Benny Jaberg, Carmen Jaquier, Jonas Meier, Tobias Nölle, Lionel Rupp, Mike Scheiwiller (2015)
Corona_Frank_Braun_6.jpg
suisse_1.jpg Explorez
Cinéma hero_trailer_suisse_2.jpg
suisse_3.jpg Suisse

Parcourez notre collection depuis la création du festival.

Découvrez le patrimoine du Cinéma suisse

Première

Première

Première
restantes Pas encore disponible N'est plus disponible

Présente du 12 jan au 14 jan 2020

Live
Événements
Les nouveaux films du jour
Plus que quelques heures