portraits | texte d'auteur

Experts Upcoming Lab

Date

21 janvier 2021

Share
Upcoming

Voici les six experts du Upcoming Lab des 56es Journées de Soleure.

Claire de Ribaupierre

Dramaturge

www.manufacture.ch | www.massimofurlan.com

Claire de Ribaupierre

J’aime le cinéma comme réservoir d’histoires. Un espace pour construire des nouvelles propositions sur la manière d’habiter le monde.

Claire de Ribaupierre

1) Quel rapport entretenez-vous au cinéma ? J’aime le cinéma comme réservoir d’histoires. Un espace pour construire des nouvelles propositions sur la manière d’habiter le monde. Mais j’aime aussi le cinéma comme lieu d’expériences visuelles inattendues, comme espace d’éveil et de liberté. En ce qui concerne le travail, je m’intéresse particulièrement aux films documentaires d’auteurs, d’artistes. Par exemple les films de Werner Herzog, de Gianfranco Rosi, de Johan van der Keuken ou de Jean Rouch. Je trouve cette forme extrêmement inventive et ouverte.

2) De quel cinéma rêvez-vous pour l’époque actuelle ? Un cinéma de recherche, d’expérimentation, un cinéma qui invente des mondes dans lesquels on aimerait vivre. Un cinéma qui prend position.

3) Quel est votre conseil pour les cinéastes qui débutent leur vie professionnelle ? Je ne me sens pas de donner de conseils. Le cinéma n’est pas mon métier, je viens des arts vivants, du théâtre, de la littérature, de l’anthropologie. Mais en tant qu’artiste, l’important est d’inventer des formes nouvelles, de les défendre, d’explorer et de développer des formes de curiosité à l’égard des autres arts, des autres cultures et des autres manières de vivre.

4) Un film, une conférence, une photo, une chanson, une figure ou une expérience phare qui vous accompagne et vous inspire, et que vous aimeriez partager avec nous ? Par exemple la conférence de Vinciane Despret et Baptiste Morizot 

Parce que j’aime beaucoup ces deux philosophes qui parviennent à observer les comportements des animaux et des liens que nous entretenons avec eux avec une finesse et une intelligence particulière. Parce que leur pensée est généreuse et féconde. Parce que les lire ou les écouter nous rend plus inventifs. Ou encore le film de Werner Herzog, Encounters to the end of the world, parce qu’Herzog est un de mes cinéastes préférés. Sa manière de regarder et de questionner, de rencontrer des êtres singuliers et de les filmer est une expérience inédite. Parce que ses films nous révèlent des êtres et des mondes autres, plein de surprises, de singularités, d’étrangetés. 

Bio Claire de Ribaupierre

Veronika Grob

Film Funding Executive Medienboard Berlin-Brandenburg

www.medienboard.de

Veronika Grob

J'ai toujours été intéressée par le cinéma, c'est ce qui m'intéresse dans tout travail artistique : Un reflet de notre réalité sociale.

Veronika Grob

1) Quel est votre rapport au cinéma ? J'ai toujours été intéressée par le cinéma, c'est ce qui m'intéresse dans tout travail artistique : Un reflet de notre réalité sociale. Et le cinéma est la plus belle combinaison de toutes les formes d'art : littérature, art et musique. Et de manière divertissante aussi.

2) De quel genre de cinéma rêvez-vous à l’heure actuelle ? Je rêve d'émotion et d'innovation dans les grandes images. Mais une grande partie de ces films a maintenant migré vers les plateformes de streaming, tandis que les films ont de plus en plus de mal à se maintenir dans les salles de cinéma et doivent se positionner de manière plus distincte. Mais le confinement nous fait encore plus manquer les grands écrans.

3) Quel conseil pouvez-vous donner aux réalisateurs qui sont au commencement de leur vie professionnelle ? Ne perdez pas de vue votre vision et restez curieux et ouvert. Le cinéma est un travail d'équipe.

Bio Veronika Grob (allemand)

Michela Pini

Productrice

 www.cinedokke.ch | www.8horses.ch

Michela Pini

1) Quel rapport entretenez-vous au cinéma ? Le cinéma n'est pas seulement mon métier mais aussi ma passion, d'une manière ou d'une autre il vous pénètre, il vous va sous la peau, il devient une partie de vous. C'est seulement comme ça qu'il fait sens.

2) De quel cinéma rêvez-vous pour l’époque actuelle ? Je crois en un cinéma qui est capable d'élargir l'horizon de tous ceux qui le regardent, qui peut nous faire changer notre perspective sur le monde et peut-être faire de nous des gens meilleurs.

3) Quel est votre conseil pour les cinéastes qui débutent leur vie professionnelle ? On n'apprend vraiment les métiers du cinéma (dans n'importe quel domaine que ce soit) qu'en le faisant, et chaque nouveau film est une expérience différente... dans le cinéma, on n'arrête jamais d'apprendre.

4) Un film, une conférence, une photo, une chanson, une figure ou une expérience phare qui vous accompagne et vous inspire, et que vous aimeriez partager avec nous ? Si ce n'était pas pour ceux qui ont cru en moi, je ne serais pas la productrice que je suis aujourd'hui.

Bio Michela Pini (anglais)

Pini_Villi_tuttigiu

Stella Händler

Productrice

ww.freihaendler.ch

Stella Händler

travailler pour le cinéma signifie avant tout échanger avec des êtres humains.

Stella Händler

1) Quel est votre rapport au cinéma ? Pour moi, travailler pour le cinéma signifie avant tout échanger avec des êtres humains. Quand la collaboration avec des scénaristes et des réalisateurs est intense, je m’immerge dans des thématiques passionnantes et j’en apprends beaucoup sur l’existence humaine dans toutes ses facettes.

2) De quel genre de cinéma rêvez-vous à l’heure actuelle ? Je souhaite que le cinéma soit pour moi un lieu de débat culturel et artistique. Je peux aussi me divertir à la télévision ou avec des programmes de films en ligne. Le cinéma devrait peut-être prendre la même place et avoir la même reconnaissance sociétale que le théâtre, les musées et les salles de concert ?

3) Quel conseil pouvez-vous donner aux réalisateurs qui sont au commencement de leur vie professionnelle ? Voir des films, assister à des festivals et surtout: connectez-vous ! Discutez de vos projets avec des collègues et des spécialistes, obtenez un retour, demandez conseil quand vous hésitez, ne perdez pas courage en cas de revers.

Bio Stella Händler

Joëlle Comé

Directrice Istituto Svizzero Roma

www.istitutosvizzero.it

Joelle Come

J’encourage les jeunes cinéastes à être prêts à se battre pour une idée ou une vision, mais d’être conscients qu’ils ont choisi un art qui se crée collectivement, avec d’autres, jamais seul.

Joëlle Comé

1) Quel rapport entretenez-vous au cinéma ? C’est le cinéma qui m’a porté ou m’a ouvert la porte vers les autres arts et a marqué mon rapport à l’artistique, à la création contemporaine. 
Cinéphile depuis toujours, fait aggravé par des heures passées dans des salles obscures en place de certains cours du collège, puis des études où l’histoire du cinéma était centrale et le visionnement de films roi. C’est là où j’ai mes références esthétiques et historiques, voire politiques. J’ai encore en tête les analyses à la table de montage et tous les films vus avant 30 ans. Après ma mémoire est plus sélective. Les films vus, les films faits, les films des amis et les films jamais faits se mélangent, mais le cinéma reste un marqueur de chaque étape de ma vie.  

2) De quel cinéma rêvez-vous pour l’époque actuelle ? Un cinéma qui nous fasse rêver et nous tienne éveillés à la fois, un cinéma qui n’a pas peur d’affronter la réalité et le monde d’aujourd’hui et qui y prend sa source, s’y enracine même (ou surtout) pour nous emmener ailleurs.  

3) Quel est votre conseil pour les cinéastes qui débutent leur vie professionnelle ? D’y croire, d’être prêts à se battre pour une idée ou une vision, mais d’être conscients qu’ils ont choisi un art qui se crée collectivement, avec d’autres, jamais seul. Donc d’apprendre à travailler et à communiquer avec les autres avant tout.  

4) Un film, une conférence, une photo, une chanson, une figure ou une expérience phare qui vous accompagne et vous inspire, et que vous aimeriez partager avec nous ? A l’Istituto Svizzero à Rome, le cinéma a sa place, parfois particulière, parfois intégrée à l’art contemporain. J’aime cette mise en espace du film  Geschichte der Nacht    de Clemens Klofpenstein,» (ancien résident de l’Institut) lors d’une exposition (Retour à Rome 11.10.2019-19.1.2020, Rome, Villa Maraini). 

Photo © OKNOStudio exposition Retour à Rome - C. Klopfenstein Geschichte der Nacht (1979)

Photo © Davide Palmieri Radio Raheem

Bio Joëlle Comé (anglais)

Olivier Zobrist

Producteur et distributeur

www.langfilm.ch | www.vincafilm.ch

Olivier_Zobrist

un nouveau projet de film, c'est comme tomber amoureux : Passionnant et nouveau, un moyen de se connaître et de se retrouver.

Olivier Zobrist

1) Quel rapport entretenez-vous au cinéma ? Ma relation avec le cinéma est polygame : un nouveau projet de film, c'est comme tomber amoureux : Passionnant et nouveau, un moyen de se connaître et de se retrouver. Suit alors le long travail de collaboration sur cette nouvelle relation - avec, espérons-le, le point culminant émotionnel d'une naissance à l'écran (ou à l'écran).  

2) De quel cinéma rêvez-vous pour l’époque actuelle ? Une qui se déroule sur grand écran avec beaucoup de monde dans la salle.


3) Quel est votre conseil pour les cinéastes qui débutent leur vie professionnelle ? Poursuivre avec désir, courage et persévérance ces projets où votre cœur vous attire. Écoutez votre instinct - et celui des producteurs ;)

4) Un film, une conférence, une photo, une chanson, une figure ou une expérience phare qui vous accompagne et vous inspire, et que vous aimeriez partager avec nous ? Nightjar, de Cosmo Sheldrake, parce que la musique, la nature et le sentiment politique se rejoignent de façon merveilleuse. https://www.youtube.com/watch?v=b3rTTggnfEE

Bio Olivier Zobrist (allemand)

suisse_1.jpg Explorez
Cinéma hero_trailer_suisse_2.jpg
suisse_3.jpg Suisse

Parcourez notre collection depuis la création du festival.

Découvrez le patrimoine du Cinéma suisse

Première

Première

Première
restantes Pas encore disponible N'est plus disponible

Présente du 12 jan au 14 jan 2020

Live
Événements
Les nouveaux films du jour
Plus que quelques heures