20.1. –– 27.1.2021
Solothurner Filmtage
Assemblée des membres de la Société suisse des Journées de Soleure 2020

Élisabeth Baume-Schneider et Regine Sauter élues au conseil de direction – bouclement positif des comptes annuels 2019/2020 – rajeunissement du public

Lors de l’assemblée ordinaire qui s’est déroulée le jeudi 2 juillet, les membres de la Société suisse des Journées de Soleure ont élu la conseillère aux États Élisabeth Baume-Schneider et la conseillère nationale Regine Sauter au conseil de direction, à l’unanimité, réalisant ainsi l’égalité des sexes au sein de leur organe stratégique. Les comptes annuels bouclent avec un résultat positif ; les prestations propres représentent 35 % du chiffre d’affaires global. La presque totalité – 98,1 % – des festivaliers envisage de prendre part en 2021 à la prochaine édition du festival. La catégorie des festivaliers les plus jeunes enregistre une augmentation, pour la première fois depuis 2013.

Élargissement du conseil de direction 
Felix Gutzwiller, président des Journées de Soleure, s’est félicité du bilan positif : « Un programme varié, un public rajeuni, un dialogue plus soutenu entre les régions linguistiques et les générations et des objectifs budgétaires parfaitement atteints – ce sont là les buts qu’Anita Hugi s’était fixés et qu’elle a réussi à atteindre. Je lui adresse mes félicitations pour cette première ! Je voudrais aussi remercier nos partenaires sûrs, notre équipe compétente et nos membres fidèles.»

A propos des nouveaux membres du conseil de direction Élisabeth Baume-Schneider et Regine Sauter, le président a relevé que « cet élargissement est le reflet de notre stratégie. Avec la conseillère aux États Élisabeth Baume-Schneider et la conseillère nationale Regine Sauter, nous pouvons nous appuyer sur deux excellentes connaisseuses de la politique culturelle suisse et continuer d’étendre notre réseau dans l’économie et dans la région zurichoise ainsi que dans la partie francophone de notre pays. Nous honorons en particulier dans les délais notre engagement envers la Charte pour la parité et la diversité de SWAN (Swiss Women’s Audiovisual Network) et parvenons à notre objectif ‚50/50 jusqu’en 2020‘. Je me réjouis beaucoup de cette collaboration. »

Avec ces deux nouveaux membres, le conseil de direction de la Société suisse des Journées de Soleure en compte désormais un de plus, soit neuf. Au terme de sept ans d’activité, Peter Gomez, économiste et professeur émérite de l’Université de Saint-Gall, s’est retiré du conseil de direction. Son engagement et ses compétences lui ont valu de chaleureux remerciements.

Élisabeth Baume-Schneider (PS, Jura) siège au Conseil des États depuis 2019. Après des études en sciences économiques, politiques et sociales, elle a travaillé en tant qu’assistante sociale avant d’assumer, de 2003 à 2015, la direction du Département de la formation, de la culture et du sport au sein du Gouvernement jurassien, qu’elle a présidé en 2006, 2008 et 2012. Elle s’engage en faveur de la culture et proposera au Parlement jurassien en décembre 2015 d’adopter un crédit pour la construction du Théâtre du Jura à Delémont. Elle a présidé la Commission fédérale du cinéma pendant 8 ans. En avril 2016, elle est nommé en tant que directrice de la Haute école de travail social et de la santé à Lausanne, poste qu’elle occupe jusqu’au mois de juin de cette année.

Regine Sauter (PLR, Zurich) siège au Conseil national depuis 2015. Diplômée en sciences politiques, elle est membre de la Commission de la sécurité sociale et de la santé publique. Depuis 2012, Regine Sauter dirige la Chambre de commerce zurichoise, association économique groupant environ 1100 entreprises des cantons de Zurich, Zoug et Schaffhouse. Elle représente cette association dans plusieurs commissions et organisations, au comité des directeurs d’association d’Economiesuisse et au comité de l’Institut européen de l’Université de Zurich. Elle siège aussi dans des conseils d’administration et de fondation, entre autres de l’Opéra de Zurich et de l’Institut suisse pour l’étude de l’art.

Rapport annuel 2019/2020
Anita Hugi, directrice des Journées de Soleure, a commenté en ces termes le rapport annuel de l’exercice 2019/2020 : « A mon entrée en fonction, mon credo était le suivant : préserver la tradition, construire l’avenir ! Je suis très heureuse que nous ayons pu atteindre nos objectifs. Pour moi, construire l’avenir signifie également donner un espace tant au public et au cinéma des seniors qu’au public et au cinéma des juniors. C’est pourquoi je suis particulièrement heureuse de relever que, selon notre nouvelle enquête auprès du public, les 15-24 ans ont été de nouveau plus nombreux à assister aux Journées de Soleure, pour la première fois depuis 2013, et que 9,4 % des personnes interrogées ont assisté au festival pour la première fois. »

Selon le même sondage, 98,1 % des personnes interrogées ont indiqué vouloir revenir l’année prochaine. Ce succès se reflète aussi dans la fréquentation. La 55e édition des Journées de Soleure a enregistré 66’332 entrées (+1’361 par rapport à l’année précédente), et le taux de remplissage des salles a progressé de 1,9 %. «Le vendredi – avec 10’969 entrées – a été le plus chargé dans l’histoire du festival », a ajouté Anita Hugi.

Les comptes annuels des 55es Journées de Soleure présentent un résultat opérationnel de CHF 11’559.-. Les prestations propres constituent 35 % du chiffre d’affaires total (contre 32 % l’année précédente), les subventions 30 % (30% l’année précédente), le sponsoring 27 % (30 %) et les fondations 7 % (8 %).

Coup d’œil sur les 56es Journées de Soleure
Dans les réseaux sociaux, les 55es Journées de Soleure ont enregistré une augmentation de 39 %. L’utilisation du site internet et de l’application a également fortement progressé.

Pour tenir compte de cette évolution, de l’essor actuel de la numérisation et des besoins du public, les Journées de Soleure élaborent un nouveau site internet et étendent encore davantage leur présence dans l’espace numérique.

« Le confinement du mois de mars a immédiatement montré quelle était la place essentielle de la culture dans notre société et montré aussi que, dans notre monde globalisé, il sera d’une importante capitale d’assurer l’accès à une culture (cinématographique) autochtone et vivante», prédit Anita Hugi.

Pendant le confinement, les Journées de Soleure ont publié en particulier une série d’interviews avec 16 professionnels exerçant différents métiers sur les conséquences de la crise sanitaire pour le cinéma suisse.

«Ce qui nous est arrivé au printemps 2020 et comment la société où nous vivons peut mieux se préparer aux crises globales et aux dangers qu’elles comportent – nous devrons tous nous en préoccuper. » Dans la perspective de la 56e édition des Journées de Soleure, la directrice le révèle aujourd’hui : « Le programme de films et le programme annexe seront une incitation à la réflexion et à l’action – et une occasion de célébrer plus que jamais le cinéma suisse. Projection – se projetervers l’avant sera notre leitmotiv.»

Vers le rapport annuel des 55es Journées de Soleure.