22.1. –– 29.1.2020
Solothurner Filmtage
Parité et inclusion aux 55es Journées de Soleure

Une année après avoir apposé leur signature au bas de la Charte pour la parité et l’inclusion de SWAN (Swiss Women’s Audiovisual Network), les Journées de Soleure ont présenté aujourd’hui leurs statistiques, portant sur le programme 2020. Dans la section Panorama Suisse, 50% des courts métrages et 32% des longs métrages étaient l’œuvre de réalisatrices. La proportion de femmes a aussi augmenté dans les organes décisionnels des Journées de Soleure. Trois femmes (38%) siègent désormais au conseil de direction, alors que les femmes représentent 43% des membres du comité directeur. La direction des Journées de Soleure est occupée par une femme, Anita Hugi. Ces chiffres ont été présentés pendant l’Edit-a-thon «Who writes his_tory?», au cours duquel, pour mettre le point final au programme de films historiques «Les copines font leur cinéma», des notices Wikipédia ont été rédigées sur des femmes dans le cinéma suisse.

«Les chiffres concernant la sélection de cette année sont très réjouissants, surtout parce que, pour la première fois, nous avons, en janvier 2020, atteint la parité au chapitre des courts et moyens métrages», commente Anita Hugi, directrice des Journées de Soleure. «Dans les sections sanctionnées par un prix, la part de femmes réalisatrices est également élevée et c’est réjouissant. Les Journées de Soleure reconnaissent les revendications de la Charte. Cette dernière est un précieux instrument pour permettre aux femmes de trouver leurs marques.» Les coprésidentes de SWAN Gabriel Baur et Stéphane Mitchell vont dans le même sens: «Aujourd’hui sept festivals de cinéma suisses ont signé la Charte. Les chiffres recueillis par les Journées de Soleure montrent que des changements par la coopération sont possibles et rapidement. Le fait que la nouveau Pacte de l’audiovisuel prévoit un monitorage des genres nous conforte dans notre détermination.»

Pendant le premier Edit-a-thon «Who writes his_tory?», des débutantes et des chevronnées ont rédigé des notices Wikipédia sur des femmes qui se sont illustrées dans le cinéma suisse pour l’encyclopédie en ligne. Les participantes ont observé une minute de silence à la mémoire de la productrice tessinoise Tiziana Soudani, marraine soleuroise de la Charte SWAN, décédée le weekend dernier. «Pendant trente ans, Tiziana Soudani a été une exceptionnelle productrice, une source d’inspiration, un modèle à suivre et une avocate de SWAN. Elle nous manquera cruellement», ont déploré les deux coprésidentes de l’association.

Les chiffres des 55es Journées de Soleure

Sur les 81 longs métrages sélectionnées, la réalisation a été assurée à 32% par des femmes. La proportion de femmes dans les films soumis à la commission de sélection a été de 29%. Elle représentait 50% dans la commission de sélection.

Sur les 81 courts métrages sélectionnés, les femmes étaient aux commandes de la réalisation dans 50% des cas. La proportion de femmes en ce qui concerne les films soumis à la commission de sélection a atteint 50%. Elle était de 75% dans la commission de sélection.

Douze films de 5 réalisatrices et 8 réalisateurs ont concouru au «Prix de Soleure», dont un film en coréalisation (h/f), c’est-à-dire que la part des réalisatrices a été de 37%. Deux femmes et un hommes ont siégé au jury.

Le «PRIX DU PUBLIC» a vu s’affronter 12 films de 5 réalisatrices et 8 réalisateurs, dont un film en coréalisation (h/h), c’est-à-dire que la part des réalisatrices a atteint 42%.

Dans l’ensemble de «Panorama Suisse», on relève les noms de 82 réalisatrices (31 de longs métrages et 51 de courts métrages) et ceux de 134 réalisateurs (66 de longs métrages et 66 de courts métrages).   

Les sections parallèles «Rencontre» (18 courts et longs métrages), «Histoires du cinéma suisse» (10 films) et «Focus» (8 films) ne sont pas comprises dans ces chiffres.