20.1. –– 27.1.2021
Solothurner Filmtage
Focus

Les Journées de Soleure présentent toutes les années un programme spécial de films suisses et internationaux et des invités réunis sous le signe d’un thème dominant en lien avec l’actualité.

Le programme «Focus» est soutenu par la Fondation Landis & Gyr.

«Focus» des 55es Journées de Soleure : sous l’emprise des séries

Jamais autant d’argent n’a été investi dans les séries TV qu’en 2019, et jamais les spectateurs que nous sommes n’ont investi autant de temps dans ces séries. Les séries sont partout, elles nous  accompagnent au travail, constituent un sujet de discussion lors des soirées entre amis ou de controverse entre écoliers dans les préaux des écoles. 

Ces dernières années, les séries sont devenues un vecteur dominant pour transmettre les événements historiques ainsi que les faits d’actualité concernant la société où nous vivons. Catastrophe nucléaire de Tchernobyl, vie quotidienne en RDA ou branche de la pub à New York dans les années 1950: elles s’emparent régulièrement de sujets historiques. Les productions suisses elles-mêmes se considèrent toujours plus comme une confrontation avec la propre histoire du pays.

Elles se tournent vers l’époque qui a suivi la Deuxième Guerre mondiale («Frieden»), vers la diplomatie internationale («Helvetica») ou vers la transformation économique d’une région rurale («Bulle»). Quels sont les thèmes dont se saisissent les séries? Ces dernières peuvent-elles refléter la complexité de la société actuelle? Ces images suscitent-elles un vrai débat avec notre propre histoire?

Le «Focus» de cette 55e édition des Journées de Soleure prend prétexte de ces questions pour lancer une réflexion sur les séries en l’an 2020 dans le cadre d’un cycle de discussions et de films destinés à  illustrer le thème. A l’heure qu’il est, des réalisateurs et réalisatrices suisses développent de nombreux projets de séries dont beaucoup se fondent sur des événements historiques. Que signifie ce recours à l’histoire? Et à quelles visions de l’histoire est-il régulièrement fait appel? Et quelle signification a cette focalisation sur les séries pour le cinéma de fiction et le documentaire indigène? Le samedi, en guise de mise en train, ces questions, qui servent de fil rouge à l’ensemble du «Focus», seront débattues au sein d’un panel de haut niveau.

Qui parle séries parle auteur-e-s. Le rôle de la narration et du langage sera examiné à la loupe dans deux débats conçus dans des perspectives différentes. L’artiste et auteure allemande Cemile Sahin nous donnera lecture d’extraits de son premier roman «TAXI», à la structuration sérielle, et évoquera l’influence des séries sur son travail artistique. On parle encore et toujours de ce qu’on appelle la «writer’s room». Qu’est-ce qui se cache derrière ce concept? Jana Feuerbach, auteure dans la «writer’s room» de la production germano-luxembourgeoise «Bad Banks», et le réalisateur suisse Nicolas Steiner («Above and Below») parleront du travail d’écriture et de mise en scène de séries.

Bruno Dumont et Jim McKay sont deux réalisateurs qui, dans leurs oeuvres, ont traité d’une manière très personnelle de questions sociopolitiques. Le premier a pour ainsi dire perfectionné le concept de la série comme miroir grossissant de la société dans «Coincoin et les Z’inhumains», la suite du «P’tit Quinquin» remontant à l’année 2014 (une des oeuvres digne de figurer au Top 10 de la décennie aux yeux des Cahiers du cinéma ). Cette mini-série burlesque sera visible en totalité pendant les Journées de Soleure.

En plus de ses propres fictions, le réalisateur new-yorkais Jim McKay a réalisé de nombreux épisodes pour quelques-unes des séries à grand succès («The Wire» et, entre autres, «The Americans», «Better Call Saul», «Breaking Bad», «Law and Order»). Il est l’invité des Journées de Soleure et présentera plusieurs séries («Mr. Robot» et «In Treatment»), son dernier film («En el séptimo día») et donnera une master classe circonstanciée, l’occasion rare d’en apprendre davantage et de première main sur quelques-unes des séries américaines marquantes.