20.1. –– 27.1.2021
Solothurner Filmtage
Prix de Soleure 2021

Le «Prix de Soleure» récompense un film centré sur des questions de société et de coexistence entre les hommes ou les groupes humains. La commission de sélection des Journées de Soleure nomine chaque année cinq à dix films susceptibles de remporter le «Prix de Soleure». Les films de fiction et documentaires nominés se distinguent par leur profond humanisme et la manière dont ils l’expriment par les moyens filmiques.
 
En 2021, un jury interdisciplinaire remettra le «Prix de Soleure», d’un montant de 60'000 francs, pour la 13e fois.

Prix de Soleure 2020 pour Boutheyna Bouslama

Boutheyna Bouslama a reçu le douzième «Prix de Soleure» pour son premier film, «A la recherche de l’homme à la caméra». Dans son documentaire, la réalisatrice tunisienne raconte la quête qu’elle a menée pendant trois ans pour retrouver Oussama, son ami d’enfance. Au cours de cette véritable odyssée, elle rencontre des personnes qui ont connu cet activiste média syrien disparu et brosse le portrait contrasté d’un homme invisible. Ursula Meier, Cemile Sahin et Mirko Manzoni, les trois membres du jury, se sont montrés impressionnés «narration du film et son écriture cinématographique ainsi que par la place toujours juste de la réalisatrice face au vide laissé par son ami. Avec son film elle donne une visibilité aux disparus des guerres et aux conflits oubliés et elle le fait avec une sincérité dont on aurait plus souvent besoin.»

Boutheyna Bouslama a suivi une formation en arts visuels et cinéma à la HEAD, la Haute Ecole d’Art et de Design, à Genève. Quand son permis de séjour valable pour suivre des études en Suisse a été échu, elle a dû quitter le pays et vit depuis à Istanbul. «A la recherche de l’homme à la caméra» est une coproduction de la société de production genevoise Close Up Films.

Doté de 60'000 francs, le prix du jury est offert par le Fonds «Prix de Soleure» ainsi que le Canton et la Ville de Soleure. Le montant est partagé à parts égales entre la réalisatrice et l’entreprise de production.


Laudatio du jury

Aujourd’hui cela fait 8 ans 10 mois une semaine et 6 jours que la guerre en Syrie a débuté. Jour après jour, elle continue. Et jour après jour, on oublie comment elle a commencé. Par le silence, nous participons au crime en l’acceptant.

Le crime de guerre le plus grave est peut-être de cacher la vérité à propos des disparus: sont-ils encore vivants ou morts? Laisser les survivants dans l’incertitude est une guerre psychologique qui tue une 2ème fois.

Le film que nous avons choisi a la force de réveiller nos consciences et de nous avertir que le silence peut être pire que les bombes.

Dans ce film, nous voyageons à travers différents pays à la recherche d’un ami d’enfance de la réalisatrice redécouvert par hasard sur grand écran lors d’un festival de cinéma. Il était l’un des membres de l’équipe d’un film documentaire sur la guerre en Syrie. Comme son ami qui était cameraman, elle prend à son tour la caméra et part à sa recherche. Pendant trois ans, elle tente de construire un portrait de son ami afin de savoir ce qu’il est devenu et connaître une vérité qui lui est constamment cachée. Trois années passées à tenter de trouver une fin à une souffrance qui semble interminable.

Le jury a été captivé par la narration du film et son écriture cinématographique ainsi que par la place toujours juste de la réalisatrice face à celle vide de son ami. Avec son film elle donne une visibilité aux disparus des guerres et aux conflits oubliés et elle le fait avec une sincérité dont on aurait plus souvent besoin.

Le Jury attribue à l’unanimité le Prix de Soleure 2020 à la réalisatrice Boutheyna Bouslama au film produit par Close Up Films «A LA RECHERCHE DE L’HOMME A LA CAMERA».

 

 

L'objet «Prix de Soleure» a été conçu par l'artiste Jean Mauboulès.

Nominations 2020
À la recherche de l'homme à la caméra

Boutheyna Bouslama | FR/CH | doc 76'
Di 26.1. 09h30 Konzertsaal | Me 29.1. 14h30 Landhaus | plus d'informations

Pendant trois ans, la réalisatrice rencontre celles et ceux qui ont connu Oussama, son ami d’enfance et activiste syrien disparu. Le film questionne le pouvoir de l’image de guerre et son rôle de témoin.

African Mirror

Mischa Hedinger | CH | doc 84'
Ve 24.1. 12h00 Landhaus | Ma 28.1. 12h00 Reithalle | plus d'informations

Des dizaines d’années durant, René Gardi, écrivain voyageur, a raconté le continent africain à la Suisse. Ses documents ambivalents reflètent l’image que l’Europe se faisait d’elle-même, bien au-delà de l’ère coloniale.

Al-Shafaq

Esen Isik | CH | fic 98'
Sa 25.1. 09h15 Reithalle | Ma 28.1. 09h15 Landhaus | plus d'informations

Abdullah a perdu son fils dans la «guerre sainte». Le jeune Malik a perdu sa famille dans la même guerre. Leur rencontre fortuite leur ouvre de nouvelles perspectives.

Arada

Jonas Schaffter | CH | doc 80'
Sa 25.1. 15h00 Landhaus | Lu 27.1. 09h30 Reithalle | plus d'informations

Trois hommes racontent à quel point la Suisse leur manque. Ils y ont grandi, mais ont été expatriés dans le pays d’origine de leurs parents. Le film se penche sur la réalité de la politique d’expulsion actuelle.

Citoyen Nobel

Stéphane Goël | CH | doc 86'
Ve 24.1. 20h30 Landhaus | Di 26.1. 14h45 Konzertsaal | plus d'informations

Le prix Nobel de chimie bouleverse la vie de Jacques Dubochet, originaire de Morges. Que doit-il faire de sa célébrité soudaine?

Jagdzeit

Sabine Boss | CH | fic 90'
Ve 24.1. 21h00 Reithalle | Lu 27.1. 17h30 Konzertsaal | plus d'informations

Un chef de finance lutte pour sauver une entreprise de tradition. Lorsqu’un nouveau CEO est engagé, il s’embourbe dans un conflit qui le désoriente de plus en plus.

Mon­ cousin­ anglais

Karim Sayad | CH | doc 82'
Je 23.1. 12h00 Landhaus | Lu 27.1. 12h15 Reithalle | plus d'informations

En 2001, Fahed se rend en Angleterre, la tête remplie de rêves. 17 ans plus tard, en pleine crise de la quarantaine, il retourne dans son pays. Il doit alors faire un choix.

O fim do mundo

Basil Da Cunha | CH | fic 104'
Ve 24.1. 15h15 Reithalle | Di 26.1. 20h45 Landhaus | plus d'informations

Après un séjour en maison d’éducation, Spira retourne à Lisbonne dans sa famille, domiciliée à Reboleira, un quartier pauvre en démolition. Kikas lui fait savoir qu’il n’est pas le bienvenu.

Volunteer

Anna Thommen, Lorenz Nufer | CH | doc 93'
Je 23.1. 21h00 Reithalle | Di 26.1. 12h00 Landhaus | plus d'informations

Des volontaires partent pour la Grèce pour aider les femmes, hommes et enfants qui débarquent en bateau. Cette expérience va changer leur vie.

Wer sind wir?

Edgar Hagen | CH | doc 97'
Sa 25.1. 17h45 Landhaus | Ma 28.1. 14h00 Konzertsaal | plus d'informations

Helena et Jonas sont deux ados qui nécessitent beaucoup de soutien. La question de la «normalité» préoccupe leurs parents tout comme la société qui les entoure.

Where we Belong

Jacqueline Zünd | CH | doc 78'
Ve 24.1. 18h15 Reithalle | Lu 27.1. 20h30 Landhaus | plus d'informations

Des parents se séparent. D’une «union» naissent alors deux univers. Comment les enfants gèrent-ils la situation? Un regard cinématographique sur une réalité bien actuelle.

Who’s Afraid of Alice Miller?

Daniel Howald | CH | doc 101'
Sa 25.1. 20h45 Landhaus | Me 29.1. 12h30 Reithalle | plus d'informations

Après la mort de la psychologue Alice Miller, son fils tente de comprendre sa propre enfance et la froideur émotionnelle qui l’a marquée. Il découvre alors le drame de sa mère juive.

Jury 2020
Esen Isik
Esen Isik

Ursula Meier

Ursula Meier a étudié le cinéma en Belgique et s’est fait rapidement un nom grâce à ses courts métrages. Dans le cadre d'une collection de téléfilms lancée par ARTE et la RTS sur le thème «Masculin/Féminin», la Franco-suisse réalise «Des épaules solides» qui connaît le succès dans les festivals du monde entier. En 2008, elle présente «Home», son premier long métrage pour le cinéma à la Semaine de la Critique au Festival de Cannes. Isabelle Huppert et Olivier Gourmet y interprètent les rôles principaux. Le film obtient de nombreux prix internationaux. En 2009, Ursula Meier co-fonde à Lausanne la société de production Bande à part Films avec les réalisateurs Lionel Baier, Jean- Stéphane Bron et Frédéric Mermoud. Suivra «L’enfant d’en haut», avec Léa Seydoux et Kacey Mottet Klein, qui reçoit un Ours d’argent-Prix Spécial à la 62ème Berlinale. Tout comme «Home», «L’enfant d’en haut» reçoit trois Prix du cinéma suisse dont celui du Meilleur Film et représente à nouveau la Suisse aux Oscars. En 2018, Ursula Meier tourne «Journal de ma tête» avec Fanny Ardant et Kacey Mottet Klein. Ce drame fait partie de la collection «Ondes de choc», inspirée de faits divers survenus en Suisse, produite et réalisée pour la télévision par les quatre fondateurs de Bande à part Films. Ursula Meier prépare actuellement son prochain long métrage pour le cinéma, « La Ligne », qui se tournera en 2020 en Suisse romande et développe en parallèle son premier film de langue anglaise «Quiet Land».

Noemie Schmidt
Noemie Schmidt

Cemile Sahin

Les travaux de Cemile Sahin évoluent entre le cinéma, la photographie, la sculpture, le sound et le texte. Elle part d’images ou d’histoires qu’elle met en scène à sa façon dans ses installations multimédia. Diplômée du Central Saint Martins College of Art and Design à Londres et de l’Université des arts de Berlin, Cemile Sahin est lauréate 2020 du Prix ars viva pour les arts plastiques et boursière de l’Académie des arts de Berlin. En octobre 2019 est paru son premier roman, TAXI – d’ores et déjà l’ouvrage le plus vendu de la toute jeune maison d’édition indépendante Korbinian. Ses textes ont été publiés par «Zeit Online», dans «Das Wetter – Magazin für Text und Musik» et dans le quotidien «taz». Ses œuvres sculpturales et ses travaux filmiques ont été montrés ces derniers mois à la GfzK, la Galerie für zeitgenösische Kunst de Leipzig, au Centre de documentation sur l’histoire du national-socialisme à Munich, à l’Académie des arts de Berlin et au Kunstverein de Hambourg. 

Nicola Forster
Nicola Forster

Mirko Manzoni

L’ambassadeur Mirko Manzoni possède une longue expérience en matière de service diplomatique et d’action humanitaire. Il a représenté la Suisse au Mozambique de 2014 à 2019, et a participé activement au processus de paix en cours dans le pays. Le 8 juillet 2019, le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres l’a nommé son envoyé personnel pour le Mozambique. Mirko Manzoni occupe actuellement la présidence du groupe de contact international chargé de soutenir le processus de paix et formé des États-Unis, de la Chine, de l’Union européenne, de la Grande-Bretagne, de la Norvège, du Botswana et de la Suisse. Le diplomate tessinois a effectué des missions au Mali et au Kosovo. Architecte diplômé et économiste d’entreprise de formation, il a travaillé aussi en tant que délégué du CICR, le Comité international de la Croix-Rouge, en République démocratique du Congo et en Irak.

Lauréats précédents
Prix de Soleure 2019

«Immer und ewig» de Fanny Bräuning, doc 85’

Production: Hugofilm Productions GmbH

Jury du «Prix de Soleure» 2019

Esen Isik
Réalisatrice
 

Noémie Schmidt
Actrice

 

Nicola Forster
Président du think tank suisse foraus

 

Prix de Soleure 2018

«Des moutons et des hommes» de Karim Sayad, doc 78’                    

Production: Close-up Films, Norte Productions, Doha Film Institute

Jury du «Prix de Soleure» 2018

Xavier Koller
Réalisateur
 

Pascale Kramer
Écrivaine

Foto: David Ignaszewski-koboy

Flavia Kleiner
Activiste 
 

Prix de Soleure 2017

«Die göttliche Ordnung» de Petra Volpe, fic 96'
Production: Zodiac Pictures Ltd, Schweizer Radio und Fernsehen SRF SRG SSR, Teleclub

Jury du «Prix de Soleure» 2017

Sabine Gisiger
Réalisatrice
Photo: Matthias Günter

Cornelio Sommaruga
Ancien président du CICR

Anatole Taubman
Acteur
Photo: Jürgen Frank

Prix de Soleure 2016

«Das Leben drehen – Wie mein Vater versuchte, das Glück festzuhalten» de Eva Vitija, doc 77'
Production: SwissDok GmbH, ZHdK, SRF

Jury du «Prix de Soleure» 2016

Julia Jentsch
Actrice
Photo: Stefan Klüter

Călin Peter Netzer
Réalisateur
Photo: Barna Nemethi, griffon & swans

Heidi Tagliavini
Diplomate
Photo: Serge Hoeltschi

Prix de Soleure 2015

«Spartiates» de Nicolas Wadimoff, doc 80'
Production: AKKA Films

Jury du «Prix de Soleure» 2015

Dominique de Rivaz
Réalisatrice

Melinda Nadj Abonji
Écrivain / musicienne
Photo: Gaetan Bally

Moritz Leuenberger
Ancien conseiller fédérale

Prix de Soleure 2014

«L'escale» de Kaveh Bakthiari, doc 100'
Production: Louise Productions

Jury du «Prix de Soleure» 2014

Lukas Bärfuss
Écrivain
Photo: Frederic Meyer

Güzin Kar
Scénariste / Réalisatrice
Photo: Barbara Sigg

Jean Ziegler
Vice-président du Comité consultatif du Conseil des droits de l'Homme des Nations Unies
Photo: C. Bertelsmann

Prix de Soleure 2013

«Der Imker» de Mano Khalil, doc 105'
Production: Frame Film GmbH, Mano Khalil

Jury du «Prix de Soleure» 2013

Stéphanie Chuat
Réalisatrice

Michèle Roten
Écrivain

Dick Marty
Politicien

Prix de Soleure 2012

«Vol spécial» de Fernand Melgar, doc 100'
Production: Climage, Elise Shubs

Jury du «Prix de Soleure» 2012

Séverine Cornamusaz
Réalisatrice

Charles Lewinsky
Écrivain / scénariste

Micheline Calmy-Rey
Ancienne conseillère fédérale 

Prix de Soleure 2011

«Cleveland contre Wallstreet» de Jean-Stéphane Bron, doc 89'
Production: Saga Production, Robert Boner, Philippe Martin

Jury du «Prix de Soleure» 2011

Manon Schick
Directrice Amnesty International

Benjamin Heisenberg
Réalisateur / Auteur

San Keller
Artiste

Prix de Soleure 2010

«Nel giardino dei suoni» de Nicola Bellucci, doc 84'
Production: Frank Matter soupfactory GmbH, Frank Matter

Jury du «Prix de Soleure» 2010

Géraldine Savary
Conseillère aux Etats

Bettina Oberli
Réalisatrice

Daniel Binswanger
Journaliste

Prix de Soleure 2009

«No more smoke signals» von Fanny Bräuning, doc 90'
Produktion: Distant Lights Filmproduktion GmbH, Kaspar Kasics

Jury du «Prix de Soleure» 2009

Stina Werenfels
Réalisatrice

Peter Weber
Écrivain

Ruth Dreifuss
Ancienne conseillère fédérale