20.1. –– 27.1.2021
Solothurner Filmtage
«Rencontre» avec Villi Hermann
Première rétrospective en Suisse du réalisateur et producteur tessinois
© Sabine Cattaneo
© Sabine Cattaneo

«Rencontre», le programme spécial des 56es Journées de Soleure, sera dédiée en 2021 à Villi Hermann. Depuis plus d’un demi-siècle, le producteur et réalisateur de près de 80 ans a marqué la création cinématographique suisse et est un pionnier du film italophone. Les Journées de Soleure présenteront la première rétrospective de son œuvre en Suisse et donneront accès à quelques-uns de ses premiers travaux qui ont été numérisés.

Villi Hermann est né en 1941 à Lucerne de père alémanique et de mère tessinoise. Après après avoir étudié les arts décoratifs à Lucerne, Krefeld et Paris, il suit les cours de la London School of Film Technique (L.S.F.T). Cette formation fera de lui un professionnel polyvalent: il devient réalisateur et producteur mais travaille aussi comme technicien et cameraman, surtout pour ses propres films. Ses premiers films sont réalisés sans aide extérieure et en collaboration avec le Filmkollektiv Zürich. En 1981, Villi Hermann fonde Imago Film à Lugano, qui deviendra l’une des entreprises de production tessinoises les plus riches en traditions et donnera naissance à une œuvre influente dans le domaine de la production, de la réalisation, de la promotion (encouragement) et du mentorat.

«Il nostro cinema deve parlare di noi»

Villi Hermann a toujours suivi la même ligne directrice : le cinéma doit parler de nous-mêmes. Réalisateur et producteur, il fait des films sur la réalité qui l’entoure et le concerne personnellement. Au début de sa carrière, son environnement tessinois a souvent été constitué de frontaliers, de travailleurs, de paysans de montagne ou marqué par la question de la migration; par la suite, il s’est élargi à des amis artistes ayant un lien avec le Tessin comme Mario Botta, Alberto Nessi, Sam Gabai ou Giovanni Orelli, pour en citer quelques-uns. Un grand nombre des films de Villi Hermann ont un substrat politique mais sa position est on ne peut plus claire: il considère que la tâche du réalisateur consiste moins à se lancer dans une investigation journalistique qu’à proposer une intervention poétique et lui-même se définit comme un esprit libre peu désireux de s’exprimer dans une forme, une catégorie ou un genre prédéfinis.

Les 22 œuvres du réalisateur Villi Hermann peuvent être grossièrement subdivisées en trois phases. Les débuts expérimentaux des années 1970 et le docu-fiction novateur «San Gottardo» (1977) ont été suivis des films des années 1980 en prise avec l’époque ou l’histoire, – œuvres clés comme «Es ist kalt in Brandenburg (Hitler töten)», avec Niklaus Meienberg et Hans Stürm et datant de 1980, «Matlosa» (1981) – règlement de comptes fictif avec la place financière de Lugano – ou «Bankomatt» (1989), première coproduction officielle italo-suisse et premier rôle dans un film parlé italien pour l’acteur Bruno Ganz. A partir des années 1990, Villi Hermann se consacre davantage au film documentaire et à l’histoire suisse («Luigi Einaudi – diario dell’esilo svizzero», 2000) ou au dialogue entre le cinéma et l’art («Gotthard Schuh – Eine sinnliche Sicht der Welt», 2011).

Le producteur Villi Hermann

Depuis quelque temps, Villi Hermann et sa maison Imago Film produisent la relève de langue italienne. De jeunes talents tessinois comme Erik Bernasconi, Niccolò Castelli, Alberto Meroni et Francesco Rizzi ont pu faire leurs premiers pas derrière la caméra grâce à Imago Film; des films comme «Sinestesia» (Erik Bernasconi), «Tutti giù» (Niccolò Castelli) ou «La Buca» (Daniele Ciprì) ont remporté de beaux succès sur les écrans suisses et internationaux.

Très actif, Villi Hermann exerce son métier de producteur dans toutes les langues nationales et construit des ponts, partage son savoir et entretient son propre patrimoine cinématographique. Des producteurs et productrices comme Michela Pini ou Andres Pfäffli, aujourd’hui décédé (1954-2020), ont appris leur métier auprès de Villi Hermann, ainsi que des techniciens du cinéma ont eu l'occasion de faire leurs premières expériences sur des tournages de films de fiction, notamment Carlo Varini, Esmé Sciaroni ou Riccardo Studer. Quant à Imago Film, elle est la plus ancienne entreprise de production indépendante au Tessin.

Le programme de films de la «Rencontre»

A l’enseigne de la «Rencontre Villi Hermann», la rétrospective présentera une douzaine de longs métrages et deux programmes de courts métrages du réalisateur, soit un aperçu représentatif de son travail. Quelques œuvres moins connues recevront de nouveaux sous-titres et des films expérimentaux remontant à son séjour londonien seront numérisés par les Journées de Soleure et présentés pour la première fois depuis plus de quarante ans.

Depuis 1996, la «Rencontre» des Journées de Soleure rend hommage tous les ans à une personnalité du cinéma suisse en présentant des œuvres clés de son travail. Parmi les invités auxquels une rétrospective a été consacrée, on trouve les noms des réalisateurs et réalisatrices Heidi Specogna, Christoph Schaub, Peter Liechti, Léa Pool, Paul Riniker, Jacqueline Veuve, Alexander J. Seiler, Claude Goretta, Reni Mertens et Walter Martiou encore Alain Tanner ainsi que ceux des acteurs et actrices Bruno Todeschini, Ursina Lardi, Marthe Keller, Walo Lüönd, Maximillian Schell, Bruno Ganz et Jean-Luc Bideau.

Après le chef opérateur Renato Berta (2007) et le réalisateur Silvio Soldini (2013), Villi Hermann est le troisième professionnel tessinois du cinéma auquel une «Rencontre» est dédiée.

La «Rencontre» bénéficie du soutien de la Fondation Ernst Göhner.

Dédicaces précédents de la «Rencontre»

55es Journées de Soleure 2020: Heidi Specogna
54es Journées de Soleure 2019: Bruno Todeschini
53es Journées de Soleure 2018: Christoph Schaub
52es Journées de Soleure 2017: François Musy
51es Journées de Soleure 2016: Ursina Lardi
50es Journées de Soleure 2015: 50e anniversaire des Journées de Soleure
49es Journées de Soleure 2014: Peter Liechti
48es Journées de Soleure 2013: Silvio Soldini
47es Journées de Soleure 2012: Marthe Keller
46es Journées de Soleure 2011: Ruth Waldburger
45es Journées de Soleure 2010: Niki Reiser
44es Journées de Soleure 2009: Léa Pool
43es Journées de Soleure 2008: Walo Lüönd
42es Journées de Soleure 2007: Renato Berta
41es Journées de Soleure 2006: Maximilian Schell
40es Journées de Soleure 2005: Bruno Ganz
39es Journées de Soleure 2004: Jean-Luc Bideau
38es Journées de Soleure 2003: Pio Corradi
37es Journées de Soleure 2002: Paul Riniker
36es Journées de Soleure 2001: T&C Film AG, Marcel Hoehn
35es Journées de Soleure 2000: Jacqueline Veuve
34es Journées de Soleure 1999: Alexander J. Seiler
33es Journées de Soleure 1998: Claude Goretta
32es Journées de Soleure 1997: Reni Mertens u. Walter Marti
31es Journées de Soleure 1996: Alain Tanner
27es Journées de Soleure 1992: Hommage Michel Soutter

54es Journées de Soleure 2019: Bruno Todeschini
53es Journées de Soleure 2018: Christoph Schaub
52es Journées de Soleure 2017: François Musy
51es Journées de Soleure 2016: Ursina Lardi
50es Journées de Soleure 2015: 50e anniversaire des Journées de Soleure
49es Journées de Soleure 2014: Peter Liechti
48es Journées de Soleure 2013: Silvio Soldini
47es Journées de Soleure 2012: Marthe Keller
46es Journées de Soleure 2011: Ruth Waldburger
45es Journées de Soleure 2010: Niki Reiser
44es Journées de Soleure 2009: Léa Pool
43es Journées de Soleure 2008: Walo Lüönd
42es Journées de Soleure 2007: Renato Berta
41es Journées de Soleure 2006: Maximilian Schell
40es Journées de Soleure 2005: Bruno Ganz
39es Journées de Soleure 2004: Jean-Luc Bideau
38es Journées de Soleure 2003: Pio Corradi
37es Journées de Soleure 2002: Paul Riniker
36es Journées de Soleure 2001: T&C Film AG, Marcel Hoehn
35es Journées de Soleure 2000: Jacqueline Veuve
34es Journées de Soleure 1999: Alexander J. Seiler
33es Journées de Soleure 1998: Claude Goretta
32es Journées de Soleure 1997: Reni Mertens u. Walter Marti
31es Journées de Soleure 1996: Alain Tanner
27es Journées de Soleure 1992: Hommage Michel Soutter